Chroniques d'une vie nouvelle - Episode 8

L’heure du dé-confinement a sonné… Pour l’instant, les Piliers sont encore en télétravail mais seront de retour sur le terrain dès le mardi 19 mai … Néanmoins, on regagne (un peu) de liberté, comment on le ressent ? et toi ?

Philippe

Semaine 8 des Coronavacances

Je me suis promis de ne parler que de mes sentiments et ressentis au travers de ces Coronavacances. Aucune idée qui puisse avoir une connotation de critique du système ou de ceux qui le servent, de ceux qui l’exploitent ou des victimes qui se complaisent en leurs lamentations permanentes. Nos élus ont décidé d’offrir des masques à nos commerçants afin de les aider pour le redémarrage. Occasion bien venue de reprendre un réel contact avec ceux que je côtoie maintenant depuis 6 mois. Des liens se sont tissés avec beaucoup d’entre eux et je suis ravi de voir que pour la majorité, le sourire est là et l’envie débordante de reprendre.

8 semaines sont passées, 8 semaines qui ont apporté de grands changements dans l’esprit de certains. Une interview sur France Info TV, via visio (confinement oblige), de Jean-François RIAL, PDG de Voyageurs du Monde, me fait me pencher sur l’avenir, mon avenir. Je vais te sembler égoïste mais je pense à mes propres voyages, mes propres moments d’évasion : que vais-je pouvoir faire ? #putaindeconfinement aurait pu écrire une copine dans mes toilettes. JF RIAL parle de l’impact des vols sur la planète, de la taxation inadmissiblement basse du kérosène (merci la convention de Chicago) en regard de l’impact des vols sur l’atmosphère.
Il fait référence à un changement, nullement social, qui amènerait à limiter le tourisme de masse par une augmentation importante du prix du billet, seuls les nantis auraient alors accès aux “destinations de rêves”, lointaines et les autres, les destinations qu’ils pourraient atteindre sans prendre l’avion à l’occasion de leurs 3 semaines de vacances.

Mais cela n’est pas seulement pour nous, petits français (cessons notre nombrilisme !), et je ne peux m’empêcher de m’en réjouir : plus de car déversant leur flot de “fanatiques asiatiques”, smartphone greffé à l’œil, signifie que l’on pourra accéder à Giverny, à la Tour Eiffel, au Mont Saint Michel, au Clos Lucé, à Versailles, à ….

“ Par sa diversité unique et son patrimoine exceptionnel, la France a les moyens d’inventer un nouveau modèle (économique autour du tourisme). Et elle n’aura guère d’autre choix. “ annonce JF RIAL dans son interview du 17/04/20.

Je découvre ce monsieur au travers de ses interviews. Bien entendu je n’adhère pas à toutes ses idées, mais sur le tourisme, difficile de lui donner tort notamment lorsqu’il évoque le fait qu’il “n’est pas acceptable de faire voyager des gens sans que l’on intègre les dégâts environnementaux que l’on fait” dans son interview du 5 mai 2020 “Il faut réinventer le tourisme afin de sauver la planète”.

Oui, mes pensées sont égoïstes : je veux visiter le Mont Saint Michel, je veux visiter Giverny… Normand depuis 6 ans, je n’ai pu mettre les pieds en ces lieux mythiques sans avoir réservé, moult temps d’avance, en prévision. Je fuis le flot d’une marée humaine dont le seul intérêt culturel est de dire : “j’y étais” et qui n’a cure du territoire, de la population qu’elle traverse.

Oui, je le vis bien car entre une “destination de rêve” et une steppe d’herbe grasse existent deux importantes nuances à mes yeux : je ne connais pas plus la panic que le frangipanier, l’altaï que les Rocheuses ou même encore Riga ou New York et je n’ai pas besoin de traverser le monde pour voyager en des terres inconnues au milieu de peuples différents. Un jour, oui, je ferai la route 66 : de Remiremont à Bâle. J’en ai exploré un petit bout cet été et j’ai même découvert que la Pucelle y avait vu le jour.

Il me vient une question : existe-t ’il une autre 66 ? Digne d’un réel intérêt (faune, flore, population, passé, présent, futur…) ? Intérêt autre que celui de se gausser : “ je l’ai faite” tel un échappé du car climatisé qui l’a déposé, 10 minutes, pour voir un monde d’histoires millénaires ?

Hélène

Alors il paraît que le « dé-confinement » a commencé ?
Cela ne va pas changer grand-chose à mon quotidien puisque la classe de ma fille est fermée donc je vais continuer ces prochaines semaines à jongler entre le télétravail et l’école à la maison…
Je pense qu’une des premières choses que l’on va faire sera peut-être la médiathèque, aller voir les petits voisins de l’autre côté du grillage, et aller voir papy et mamie qui sont en Seine-Maritime mais tout en faisant attention à eux !
Finalement cette nouvelle étape est bien plus difficile je trouve, car cela donne des envies de liberté mais nous sommes quand même restreints par ces gestes barrières qui nous empêchent de profiter pleinement de nos proches…
J’attends avec impatience cette VRAIE liberté qui se résume aux grandes tablées entre amis et famille à pouvoir profiter pleinement sans avoir en tête ce « COVID-19 »…

Marion

Clap de fin…sur 8 semaines extra-ordinaires (au sens propre du terme)

Certains vont prendre des décisions… Irrémédiables… D’autres en ont envie mais n’ont pas le courage de faire. Une peur latente du changement, un sentiment triste de se dire qu’après tout on n’est pas si mal, pourquoi changer…
Quelle drôle d’époque tout de même ! On traverse une guerre ! Quand on pense guerre aujourd’hui au XXIe siècle, on se dit « boum » et hop plus personne, pas une guerre vicieuse, calme et invisible qui tue en silence et douloureusement…
Paradoxalement, (et en toute opposition avec ma phrase précédente), à mon petit niveau égoïste, j’ai aimé cette parenthèse enchantée, surement parce que j’ai pu en faire ce que je voulais : travailler, s’arrêter, se reposer, manger, travailler, dormir, profiter du soleil, remplir une attestation, se balader, travailler, manger et recommencer.
Paradoxalement aussi, j’ai rencontré et découvert des gens ou plutôt appris à découvrir autrement.
Globalement la chose ne m’a pas tant dérangé … Je pense par contre que le pire reste à venir… L’équilibre d’une vie sociale déstabilisée, des emplois disparus, une illusion d’une vie nouvelle (hier 1er jour de dé-confinement, des queues énormes dans les boutiques … pour quoi ?)

panorama evreux automne

Sébastien

Pour moi, le 11 Mai c’est une véritable libération mais aussi un gros point d’interrogation ?
D’un côté, je m’interroge sur la suite des événements. Comment allons-nous nous adapter ? Allons-nous reprendre nos habitudes de travail, de consommation ? Pour moi, tout est flou. Une chose est certaine, un second confinement est une vraie hantise. Tous les projets seraient à nouveau bloqués, suspendus ou annulés.
D’un autre côté, je vais enfin être libre de mes mouvements : courir où bon me semble, rendre visite à des amis ou à ma famille, prendre des bains de soleil, s’écarter un peu du centre-ville d’Evreux. Et le pompon : plus d’attestation !!!
Alors évidemment j’ai un programme en tête pour la première semaine de dé-confinement. Programme que je ne suis pas certain d’honorer mais qui ressemblerait à ça :
– Lundi, course à pied en forêt
– Mardi, petit verre sur terrasse privée en famille
– Mercredi, rando vélo en soirée
– Jeudi, petite bouffe entre amis
– Vendredi, balade avec ma compagne, pour aller voir les coteaux d’Evreux et la mare aux biches, puis repas en famille
– Samedi et Dimanche, sorties en amoureux dans l’Eure, peut être sur la côte d’Albâtre ou dans le Vexin Normand
Ce qui est sûr, c’est que j’ai des vacances du 16 au 24 ! Un petit voyage à Trouville/Mer s’organise avec des potes, et on y va en vélo ! Objectif Mer. Une petite maison est déjà réservée. On sait où on va mais pas vraiment comment on va y arriver. J’ai préparé l’ancien vélo de mon grand-père, et j’espère qu’il va tenir la route. Ça s’annonce bien sympa 😊 !
Ensuite, je louerai un gîte avec ma chérie pour profiter en amoureux des premiers instants de liberté !

Nous voilà arrivés au dernier épisode des Chroniques des Piliers, en espérant qu’il n’y ait pas de Saison 2 🙂
Bonne continuation à tous et continuez de prendre soin de vous !
Nous on continue, le Comptoir ouvre ses portes le mardi 19 mai prochain à 10h et on se décarcasse pour vous organiser un bel été malgré tout.