white-star-country-celebration-red-symbol-637746-pxhere.com

L'anecdote de Serge - 3e

Evreux à l’heure américaine

Serge
Guide

Après le suspens de ces 59émes élections américaines (dont les rebondissements ne sont d’ailleurs pas terminés), comment pourrait-on oublier l’installation des GI à Evreux en 1952 ?

A cette époque, notre Base 105 était placée sous la bannière étoilée. C’était une des principales bases de l’OTAN sur le plan logistique : c’était parfois plus de 50 avions gros porteurs, de type Loockheed C 130 qui y étaient stationnés.
Pour faire fonctionner la base, on a compté à Evreux en 1955 plus de 6 000 soldats américains. Même si la plupart d’entre eux vivaient entre eux, leur présence a marqué la population.
Comment ne pas être séduit par les couleurs extravagantes de ces Chevrolet, Studebaker etc aux couleurs « flashy » jaune citron, rouges, que l’on pouvait voir dans les rues du centre-ville, alors que nos Peugeot, Renault et 2 CV Citroën, encore rares à cette époque, arboraient un triste gris-souris.
Les américains, vivant dans une société de consommation, habitués à la surabondance, se débarrassaient assez vite de ce qui ne leur plaisait plus.
Alain Lambert, musicien et journaliste nous a raconté le plaisir qu’il avait de se voir offrir les 45 tours de groupes que ses amis américains étaient lassés d’écouter.
Gérard Depardieu a lui bien connu la base américaine de Châteauroux-Déols. Jeune garçon « un peu turbulent », il s’habillait à l’américaine à moindre coût, en se fournissant auprès de ses amis : il portait des Tee-shirts blancs, jusqu’alors inconnus en France, et les fameux jeans. D’autres, moins chanceux allaient parfois jusqu’à récupérer disques, vêtements, dans les poubelles des soldats US.

Enthousiasmés par cette nouvelle musique, ces nouveaux sports comme le bowling ou le judo, les jeunes habitants d’Evreux réalisaient-ils qu’il fallut attendre 1954 pour voir la ségrégation raciale être abolie au sein de l’école publique en Amérique ? Jusqu’à la fin des années 50, soldats blancs et soldats noirs fréquentaient rarement les mêmes établissements. L’escapade pour les soldats noirs, et le Dancing des sports pour les soldats d’origine blanche.

Mais on ne saurait passer sous silence, les conflits raciaux entre soldats américains. Ainsi, en septembre 1963, une violente rixe entre soldats noirs et blancs, fera une victime. 6 militaires seront arrêtés pour homicide volontaire et écroués à Vernon. Ce sont finalement 2 soldats afro-américains qui furent accusés de meurtre sans préméditation. Pour ne pas ternir l’image des U.S.A., le procès se déroula discrètement à la base