C'est Marion qui vous l'a dit, le 21 septembre 2022

marion-120

Temps de lecture : 8 min

De septembre à décembre, le Comptoir des Loisirs a le plaisir d’accueillir Flora et Estelle en « Résidence ». La résidence, proposée par la ville d’Evreux et le Forum – Maison de l’Architecture de Normandie (entre autres), porte sur l’îlot de la rue Chartraine situé en plein centre-ville d’Evreux et longé par la promenade Robert de Flocques qui borde l’Iton. Mais qu’est ce qu’une résidence d’architecte ? On laisse Flora et Estelle nous expliquer.

Estelle, Flora, qui êtes-vous ?

Estelle : Je suis architecte de formation, diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (ENSA Nantes) depuis 2017. J’évolue au sein d’une jeune agence d’architecture, d’urbanisme et de réflexion nommée Atelier Socle et créée en octobre 2021 avec deux amis architectes (Noémie Corbel et Adrien Ory). De la plus grande à la plus petite échelle, nous accordons une importance forte à l’existant en révélant les qualités d’habiter (patrimoine paysager, bâti, social et historique). Nos travaux à l’agence s’intéressent à la fabrication du territoire au travers d’espaces déjà construits (principalement des sujets de réhabilitations et de renouvellements urbains). Avec Flora, nous partageons plusieurs expériences passées en tant que salariées au sein de l’agence TICA en urbanisme.

Flora : Je suis une jeune paysagiste-conceptrice diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux (ENSAP Bordeaux) et depuis peu, je développe ma propre démarche professionnelle après plusieurs années d’expérience dans des agences d’architecture, d’urbanisme et de paysage. Je m’intéresse à la transformation des espaces publics en convoquant des savoirs divers (géographique, histoire, écologie, botanique…) mais aussi en mobilisant une certaine sensibilité au monde extérieur.

En quoi consiste une résidence d’architecture ?

Une résidence d’architecture est l’occasion de « s’immerger au dehors» : être un étranger du quotidien, un regard extérieur qui parle en connaissance de cause. Ce temps long permet de mettre en place une démarche anthropologique partagée, d’ouvrir un lieu des possibles entre habitants (au sens large) et invités. La résidence encourage la rencontre et ainsi fait émerger le débat, pose des questions par l’usage. Elle permet de prendre le temps de mettre des mots sur ce qui fait identité commune en partageant des moments conviviaux. De par son format, elle permet de mobiliser une ressource humaine motrice pour un territoire : et nous pensons que c’est par là que se révèle le potentiel de chaque lieu. Notre position dans ce projet est celle de la base qui révèle le tout, qui met en lien, qui crée avec les autres, qui synthétise ; le socle commun d’un récit urbain.
Pour nous, la résidence est aussi l’occasion d’expérimenter collectivement une posture, celle de l’architecte et paysagiste en action : imager, projeter, mettre en récit le sujet du «commun» au sein d’un îlot urbain, celui de la Chartraine. Nous aimons particulièrement cette façon contemporaine de pratiquer les métiers d’architectes, d’urbanistes ou de paysagistes en se glissant dans le paysage, dans la vie quotidienne afin d’y prendre part pour un temps, d’habiter au sens propre du terme.

Pourquoi avez-vous candidaté ?

Pour l’Atelier Socle (regroupant Estelle, Noémie et Adrien), cette résidence est l’occasion de prolonger une réflexion amorcée en 2017 lors du concours Europan 14 pour lequel ils ont reçu une mention spéciale pour le projet « Gare Éclatée ». S’en sont suivis des échanges avec l’agglomération EPN – ateliers et élaborations de fiches projet. Aujourd’hui, le sujet de la résidence encourage une lecture croisée entre paysage et architecture : l’Iton est un axe paysager structurant pour la ville d’Evreux et l’îlot de la Chartraine est un ensemble urbain avec de grandes qualités architecturales et urbaines. Nos doubles regards d’architecte et de paysagiste nous permettent d’approcher au plus près le sujet. Cette résidence est l’opportunité de nous retrouver autour d’enjeux qui nous animent : mettre en lien l’îlot de la Chartraine avec un territoire plus large, en valoriser ses spécificités, permettre son adaptation à de nouvelles envies d’habiter ; mais aussi de nous retrouver autour de pratiques collectives : prendre le temps de comprendre les récits quotidiens, tacites et implicites au travers des pratiques et
expériences des habitants, propriétaires et commerçants d’Evreux ; tout en participant à l’évolution et à la diffusion de nos métiers.

Pourquoi pensez-vous que le jury vous a retenues ? [NDLR : 10 binômes ont été reçus & 3 ont été entendus en entretien en juin dernier]

Nous pensons que la force de notre binôme provient de notre complémentarité et de notre lecture croisée entre paysage et architecture. Nous partageons un outil commun : le projet, comme support pour faire émerger des questionnements, mettre en récit ce qui nous entoure, renouveler la vision d’un territoire et embarquer de nouveaux acteurs. Collectivement nous défendons notre attrait particulier pour les espaces du quotidien.
Focaliser l’attention sur le déjà là c’est finalement s’inscrire pleinement dans une démarche : celle de faire ressortir l’extraordinaire de l’ordinaire en révélant les qualités d’habiter qui sont propres à la ville d’Evreux.

Quelles sont les premières actions que vous allez mettre en place ?

Le premier temps de notre résidence (du 19 au 30 septembre), consiste à « Faire connaissance ». La première semaine, il s’agira de prendre la mesure et de découvrir le territoire, la deuxième semaine consistera à aller à la recherche de l’identité propre à Evreux. Concrètement, en parallèle d’arpenter le territoire de long en large, nous mettrons en place un “blog-vitrine” (blog internet et affichage sur les vitrines du local à disposition), organiserons des temps de permanence dans le local [NDLR : le comptoir des loisirs] (affichage de cartes, de nos diverses
réflexions en cours, …), des moments conviviaux (banquet, balade contée…), et surtout irons à la rencontre des habitants. Nous souhaitons également, dans ce premier temps, organiser des ateliers spécifiques avec les associations locales, les entreprises et les habitants impliqués afin de récolter de la matière et amorcer des synergies.

Que souhaitez vous dire aujourd’hui aux habitants d’Evreux pour les associer à votre démarche ?

Nous avons besoin de vous ! Nous souhaitons dire aux habitants qu’ils sont les premiers acteurs et leviers pour la transformation de leurs espaces publics. Ils ont la mémoire des lieux, les connaissent en toute saison, ont arpenté ces espaces quotidiens. Que vous habitiez à Evreux depuis quelques mois ou de très nombreuses années, chacun à son mot à dire, sa propre expérience, son propre vécu, et c’est cela qui nous intéresse :
être au plus près et au plus juste d’un lieu que vous connaissez sur le bout des doigts (sans même parfois vous en rendre compte). Alors venez participer avec nous à cette grande recherche collective !

Balade Iton Evreux

Pour que nos lecteurs et les piliers apprennent à vous connaître un peu mieux, voici un petit questionnaire façon Proust à la sauce Comptoir :

Du soir ou du matin ?
Estelle : Du soir
Flora : Du matin

Thé ou café ?
Estelle : Café
Flora : Les deux !

Qu’y a-t-il sur votre table de chevet ?
Estelle : Un livre de Tim Ingold : « Une brève histoire des lignes »
Flora : Une bande dessinée de Catherine Meurisse, intitulée « Les Grands Espaces »

Qu’emmèneriez-vous sur une île déserte ?
Estelle : Des amis !
Flora : Une pierre à feu !

Votre bonbon préféré ?
Estelle : Les papillotes pétards de Noël
Flora : Les Mi-Cho-Ko !

Si vous étiez une super héroïne ?
Estelle : Mulan !
Flora : Fantômette, la super héroïne des livres de mon enfance

Votre dicton favori
Estelle : L’intemporel c’est l’humain (Marguerite Yourcenar)
Flora : J’ai vu une fleur sauvage
Quand j’ai su son nom,
Je l’ai trouvé plus belle.
(Haïku japonais)

Vous connaissez un peu Evreux, puisque vous y avez déjà proposé des travaux alors si je vous demande en conclusion : En quoi Evreux est-il/elle contemporain.e ?

Son engagement en faveur de ses espaces naturels et plantés (forêts, bois, coteaux, zones humides…) et son désir d’intégrer le végétal au coeur des projets urbains.

Optimiste

Le festival Rock in Evreux qui chaque année regroupe fin juin entre 10 000 et 40 000 mélomanes !

Partagé.e

Son implication dans des démarches expérimentales et collectives (Europan, Résidence d’architecture, …)

Original.e / Originel.le

Le paysage est une des plus grandes qualités de la ville : de par les jeux de reliefs qui offrent des vues imprenables, ou le fait de toujours voir une colline quand on se trouve en ville, ou encore l’existence même
de la voie verte !

Infos pratiques :
Dates de la résidence et de la présence d’Estelle & Flora au Comptoir :
19 au 30 septembre, 7 au 26 novembre, 12 au 17 décembre

Partenaires
La résidence d’architecte est coordonnée par le Forum – Maison de l’architecture de Normandie avec le soutien de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Normandie, de la Région Normandie, du Crédit agricole, du CAUE de l’Eure et de la ville d’Evreux.

Ce joli article a été écrit par Marion et rangé dans la catégorie « Brèves du Comptoir »

Si vous en voulez encore, sur la même thématique, nous vous proposons :

Les Fêtes Normandes prennent la voie des airs

Les 1er et 2 octobre prochains à Évreux, plongez dans la formidable épopée de l’aviation. Exposition d’avions grandeur nature, simulateurs de vol, histoire de l’aviation normande et ébroïcienne, présentation des métiers, des formations et des entreprises normandes de pointe du secteur aéronautique, clubs de loisirs, rencontre avec les professionnels de l’air, reconstitutions et spectacles… Et […]
C'est Marion qui vous l'a dit, le 23 septembre 2022

marion-120

Bon comme un camion… Food truck à Evreux

Aujourd’hui on explore un sujet sensible… La nourriture ! On a tous nos propres goûts et nos critères pour définir ce que c’est la « bonne » et la « mauvaise » nourriture…Tu t’en doutes sûrement, je suis parti à la recherche de la bonne nourriture mais pas n’importe laquelle, celle qui voyage sur notre […]
C'est Rémi qui vous l'a dit, le 5 septembre 2022

remi-120

Les secrets de Gisacum (1)

La démesure du site et son emplacement Avec près de 230 hectares, l’agglomération antique de Gisacum est particulièrement démesurée. Elle a de plus une forme unique dans le monde romain, puisque les maisons d’habitation, les commerces et l’artisanat sont rejetés en périphérie de la ville et non pas au cœur des monuments publics. On ne […]
C'est Marion qui vous l'a dit, le 4 août 2022

marion-120