Chroniques d'une vie nouvelle - Episode 5

11 mai … reprendra ? reprendra pas ? on ne sait toujours pas … alors on attend avec vous !

Philippe

Mon amie d’enfance m’a dit : “Lève les yeux au ciel, regarde la beauté de ce bleu sans plus aucune zébrure”. Alors j’ai levé les yeux au ciel et mes yeux ont perdu leur teinte marron pour devenir bleu azur. Un changement dans notre comportement touristique à prévoir ?

Alors j’ai le temps de fureter et là, surprise : sur internet on trouve de tout et surtout toutes les justifications possibles. En fonction de ce que les sites prônent, il n’y a pas de mystère : en moto, nous polluons très peu. A l’inverse, sur les sites prônant les voyages comme sur Tourdumondiste, la moto pollue plus qu’un long-courrier… Pourtant, avec mes 4,5 litres aux cent, j’ai du mal à m’imaginer rejeter plus de CO2 qu’un avion parcourant des milliers de kilomètres…

Un jour aurons-nous peut-être une étude réelle de notre impact ? Il est certain que le confinement actuel permet de protéger, bien malgré nous, notre planète. Je jette un œil sur ma carte routière étalée sur le sol de mon salon… Je réfléchis, j’imagine… Partir à vélo ? Partir à cheval ? Partir en mobylette ? Je ne peux me résigner à imaginer errer dans notre beau pays, découvrir ses coins sublimes sans être accompagné de Bérénice. Un jour, il est certain que je n’aurais plus le choix. Mais l’ai-je encore ?

Ne pas me laisser embarquer par ces idées sombres qui me dépassent. Une éclaircie, ce week-end, j’ai décidé d’éliminer la mousse de ma terrasse. Petit geste pour l’environnement : je choisis un morceau de métal pour gratter le dallage plutôt que la javel et le Kärsher. Mes doigts, blessés par la répétition des contacts avec la pierre, le fer, me rappellent que rien n’est gagné et que la facilité n’est pas la solution.

Et puis lundi cela repart : être à l’écoute de nos commerçants, trouver des idées pour les aider au mieux dans cette crise majeure qui remet en cause tous nos acquis, nos savoirs. Restons au coude à coude, ensemble nous vaincrons même si la sortie n’est probablement pas un simple retour au passé.

Stéphanie

Attention, spoil 🙂

Qu’est-ce qu’il a été long ce début de semaine 5 !
J’ai accusé le coup de l’annonce des 4 semaines supplémentaires de confinement. J’étouffe, je suis désorientée dans le temps et l’espace. Ma fille et moi commençons sérieusement à être en manque de liens physiques avec notre famille, nos amis, mes collègues, ses camarades… Même ses profs lui manquent c’est pour dire !
Je prends les jours les uns après les autres sans grande motivation et ni envie malgré un soleil quotidiennement présent qui devrait me donner la pêche. Tellement de choses à faire et à réaliser et aucun entrain. Mais plutôt que de vivre ces quelques jours avec culpabilité, j’ai essayé de lâcher prise et de me dire que ça allait passer et c’est passé !
Vendredi, remobilisation de mon esprit et hop c’est reparti ! Jardinage, travaux dans la maison, petites pauses café et papotage avec mon chéri, cuisiner pour les autres car moi c’est une nouvelle hygiène alimentaire que j’applique depuis quelques jours à cause des kilos stockés.
J’ai commencé un polar très sympa qui me tient en haleine, l’histoire d’un futur marié qui pour son enterrement de vie de jeune homme se fait enterrer par ses potes dans un cercueil pour 2h. Ces heures vont se transformer en jours car les amis en questions sont morts dans un accident de voiture…
Nous nous sommes regardés un film sur la Médiathèque numérique de l’Eure, super initiative et gratuite de surcroît pour laquelle nous nous restreignons car nous n’avons le droit qu’à 3 films/mois. Le prochain film, c’est décidé ce sera « Au nom de la Terre » avec Guillaume CANET. Ah au fait, j’ai terminé la saison 3 de « The Crown » qui se clôt par le jubilé des 25 ans de règne de la Reine Elisabeth II, j’adore cette série et finalement les nouveaux personnages on s’y fait !
Et puis cette semaine 5 de confinement ne serait pas complète sans le passage obligé aux courses. J’ai dû développer des qualités d’organisation et de projection afin d’établir les menus pour 4 personnes sur 1 semaine. Les rares sorties sont à chaque fois une course contre la montre, je me sens comme tenue de devoir sortir le moins possible et en toute vitesse.

J’ai vraiment hâte de retrouver un semblant de normalité après le 11 mai car rien ne sera comme avant le confinement, rien !