raisins vigne

Les raisins de la colline

Ils ont ressuscité St Michel des Vignes : entre le 11e et le 15e siècle, apogée du vignoble d’Évreux, le vin représentait la moitié des ressources de la ville.

A l’époque, les Ébroïciens profitaient de la production viticole de Saint-Michel-des-Vignes, le bien nommé.

Evreux, digne de la vigne …

Une vigne, « vitrine» de l’histoire viticole des Coteaux de Saint Michel des Vignes, mais aussi d’une viticulture contemporaine, en « Faune et Flore Sauvages », qui participe activement à la sauvegarde, au développement et à la mise en valeur de la riche Biodiversité d’un environnement naturel remarquable, protégé et classé au réseau Natura 2000.

[NDLR Natura 2000 c’est quoi : sites naturels ou semi-naturels ayant une grande valeur patrimoniale, par la faune et la flore exceptionnelles qu’ils contiennent].

Une vigne à vocation patrimoniale réimplantée dans le secteur de la Côte Blanche/La Rochette, aux côtés des pommiers, poiriers, griottiers, pruniers…, plantes tinctoriales, messicoles… et brebis, témoins du passé ancestral des Coteaux ébroïciens.

Une vigne en jardins viticoles répartis le long du sentier panoramique et pédagogique des coteaux, un lieu, à la fois bucolique et pittoresque, qui permettent un plein de Nature, des escapades, des balades, des randonnées à « deux pas » du centre-ville.

Une vigne à vocation environnementale, citoyenne, culturelle, sociale, touristique, pédagogique et scientifique*.
Une vigne, vectrice de sensibilisations, d’observations, d’études, de transmissions, d’échange et de partage.

Contact

Franck (le Jardinier-Vigneron Animateur)

06 28 33 69 36

lesjardiniersvignerons@gmail.com

 

*L’association est aussi là pour transmettre au public les connaissances sur l’histoire viticole d’Evreux, par l’organisation d’expositions, de conférences, de publications… à vocation patrimoniale, culturelle et touristique, et par la création et l’animation de visites thématiques, de randonnées-découvertes, de jeux-enquêtes… des sites historiques liés au passé viticole d’Evreux et de son territoire. Des animations ouvertes à toutes et à tous, et même aux enfants et adultes en situation de handicap.

Petite histoire de la vigne à Evreux

Devant l’ancienneté de son implantation en France, Lamiray évoque l’introduction de la vigne consécutivement à l’arrivée des Phocéens. Les gaulois la cultivaient et le Romains appréciaient le vin. Celui-ci prend une importance considérable et dans la région, il reste çà et là des traces de sa culture.
A Evreux, « la sente des vignes » se situe à la Censurière, quartier en limite avec Huest, Saint Michel a longtemps été désigné « Saint Michel des vignes ». Les productions sont nombreuses : vins de la « Côte Blanche », du Val Iton, de Lorette du Jardins l’Evêque, du Sablon de Valême, de la Rochette. Tous ces noms correspondent actuellement à des appellations de rues.
En 1194, les troupes de Philippe Auguste dévastent Evreux. Le monastère Saint Sauveur situé près du château sera reconstruit sur un terrain couvert de vignobles offert par l’évêque Garin de Cierrey. Quelques années plus tard, l’archevêque de Rouen, en visite, note que les religieuses boivent du vin, ont des servantes et s’entourent d’animaux de compagnie. Il a bien des difficultés pour obtenir l’amélioration de la conduite des religieuses.
En 1791, la chapelle Saint Michel (XIe siècle), devenue bien national, est vidée de son mobilier par le prieur qui a reçu l’ordre de laisser deux cuves pour le vin. Elle n’a été rouverte au culte qu’en 1893.
Après les exécutions, les cadavres sont exposés le long du Grand Chemin de Paris : rue saint Louis, Côte de la Justice, Nétreville… Aussi le vin de la côte de la justice est boudé. La production est écoulée dans les cabarets fréquentés par les rouliers* et les mauvais garçons.
A l’arrivée d’un personnage, la bienvenue est souhaitée avec « le vin de la ville ». Le roi François 1er reçoit 36 poinçons* de vin. Pour solliciter des grâces du bailli, mieux vaut apporter quelques « juintes» de vin. Quand les anglais se sont introduits dans Evreux en 1418, les bourgeois ont dû fournir 80 queues de vin (80 fûts d’environ 500 litres). De passage à Evreux avec son régiment, le Marquis de Beuvron reçut vin blanc et clairet pour le prier d’écourter sa visite car la situation économique est difficile.
Le déclin
Louis XIII crée une imposition qui va rendre la vie trop difficile. Les droits sur le vin très élevés conduisent à l’endettement des vignerons qui arrachent les vignes. En 1709, le gel porte un coup fatal. La culture disparaît au XVIIIe siècle.
*Roulier : Personne qui transportait des marchandises sur un chariot.
*Poinçon : Tonneau à la contenance très variable

Extrait « Une promenade à la découverte d’Evreux et de ses richesses » par Edwige Jayet, déléguée d’Evreux – trimestriel n°172 Septembre 2019 de Monuments et Sites de l’Eure « Evreux, cité jolie »